Doc-SERIES est aussi un coffre-fort digital

Le coffre-fort digital est un espace de stockage numérique sécurisé. Il permet, comme un coffre-fort classique, de classer tous ses documents importants de manière informatisée. Son accès est limité aux personnes habilitées avec des mécanismes de sécurité.

Dans un certain nombre de lois et d’ordonnances, le législateur suisse a établi et précisé les conditions de la conservation électronique des documents, l’utilisation de tels documents électroniques comme moyens de preuve ainsi que les mesures à prendre pour garantir la protection des données qu’ils contiennent. Dès lors les conditions sont en place pour conserver électroniquement les documents et se séparer de nombreuses copies papiers et ceci dans le monde de l’entreprise mais aussi dans le monde du particulier. Donc plus besoin de conserver vos factures et autres justificatifs, vos dossiers, … Mais pour ceci, vous devez vous doter d’une solution adéquate.

Enregistrer de manière sécurisée ses documents dans Doc.SERIES :

  • Stockage numérique des documents personnels importants, en toute sécurité sur des serveurs en Suisse
  • Données cryptées
  • Avoir toujours à portée de main des documents en cas d’urgence comme par ex. les copies des pièces d’identité
  • Conserver ses factures, contrats, justificatifs, garanties de manière légale sans conserver les documents papiers
  • Conserver les justificatifs fiscaux et les documents bancaires en lieu sûr
  • Journal des activités et traçabilité de toutes les actions
  • Recherche et consultation des documents
  • Gestion des droits et des autorisations

Le coffre-fort électronique permet l’archivage des documents grâce au développement des technologies de l’information. L’archivage électronique se distingue par la simplicité du stockage, l’accessibilité de l’information, la réduction des coûts et la réduction des risques (confidentialité, perte et sinistre). Le principal intérêt de l’archivage est sa fonction de mémoire mais il s’avère aussi utile pour sa fonction de preuve pour se conformer aux exigences légales et règlementaires. En effet, les législations imposent aux entreprises un certain nombre d’obligations pour ce qui est de la conservation de leurs documents.

 

Plus d’information : http://www.doc-series.ch – info@doc-series.ch

Publicités

L’innovation est aussi une question de méthodologie

De plus en plus d’organisations, petites et grandes et de tous secteurs sont amenés à « faire plus avec moins ». Beaucoup d’entre elles évoluent dans un contexte de plus en plus complexe rendant la réalisation du « bon produit » sans cesse plus difficile.

Afin d’éviter la douche froide, il est nécessaire de vérifier au plus tôt les hypothèses de croissance associées des produits réalisés. Intérêt pour le produit, comportement des utilisateurs, canaux de distribution, etc. Il faut valider ces points le plus rapidement possible. Il faut désormais s’assurer du succès du produit avant d’investir plus avant. De plus en plus d’entreprises ont compris l’intérêt de cette approche pour limiter les risques sur leurs produits innovants et mettent en œuvre une organisation et une démarche permettant d’apprendre le plus tôt et le plus fréquemment possible. Les bénéfices apportés par ce type d’approche sont tels qu’on peut s’attendre à ce qu’il devienne difficile de se lancer dans la création d’une startup ou d’un nouveau produit sans un minimum de méthodologie et d’organisation. Si je devais moi-même investir dans une Startup, je ferais du respect de cette approche un prérequis essentiel.

Cassons le mythe « la méthodologie menace l’innovation » : Un entrepreneur se lançant dans l’aventure de la création d’une startup peut se dire que la méthodologie et l’organisation font obstacle à l’innovation qui elle-même est un fondement de la startup. Au contraire, certaines méthodologies (par exemple le lean Startup, les approches agiles, le design thinking, les approches « business model », …) vont canaliser l’innovation pour décupler son impact dans le développement de la startup ou du nouveau produit.

Cassons l’idée « Les gens vont adorer mon produit » : Deux croyances peuvent nous mener droit à la douche froide. L’excès de confiance en son instinct ou idée « les gens vont adorer mon produit et y mettre le prix » ou la peur de l’échec qui peut nous pousser à consommer énormément d’énergie et d’argent à mettre au point un produit de A à Z avant le mettre sur le marché.

Finalement avant de se lancer, vous devez connaître votre environnement, ainsi vous gagnerez du temps en développant un produit adapté au marché. Plus de business model à l’ancienne basé sur des hypothèses d’hypothèses…

Avant de se lancer dans le développement d’une idée il faut :

  • Définir le problème que vous voulez résoudre avec votre produit 
  • Identifier votre cible, votre marché : qui rencontre ce problème
  • Savoir comment résoudre ce problème : le produit à développer
  • Définir vos métriques : sur quoi vous vous appuyez pour dire que votre produit est viable, qu’il répond aux besoins du marché et que vous avez réussi à atteindre votre cible

Vous connaissez maintenant votre marché et ses attentes. Il faut débuter le cycle d’apprentissage dès que possible en testant l’hypothèse fondamentale de votre business, soit : la solution du problème auquel vous répondez. Vous devez vous confronter au public afin de vous permettre de recueillir vos premiers retours le plus rapidement possible en investissant le moins possible. C’est là que démarre vraiment la vie du projet. Durant cette vie, il faut oser à tout moment « pivoter » afin de s’orienter différemment, ajuster les choix ou même oser arrêter si le marché ne veut pas du produit. Il faut aussi oser aller le plus vite possible sur le marché et commercialisé une version « minimale » afin d’avoir des retours les plus concrets possibles. Chaque action doit être mesurer afin de pouvoir apprendre, corriger et améliorer.

Plus d’informations : frederic.matthey.doret@gmail.com